jeudi 20 avril 2017

Rapport d'activité FFE 2016

PAR STEPHANE ESCAFRE, PRESIDENT DE LA FFE 23 AVRIL >10 DECEMBRE 2016




Les  quelques  mois  de  ma  présidence  ont  été  avant  tout  une  gestion  de  crise  :

▪  M. Fretel  qui  assurait  l'intérim,  suite  à  la  révocation  de  l'ancien  président,  avait  annoncé  qu'il  passerait la  main  à  la  prochaine  réunion  du  Comité  Directeur  fédéral.  Bien  qu'élu  de  «  l'opposition  »,  c'est  vers moi  qu'une  majorité  des  membres  de  ce  CD  s'est  tournée  pour  prendre  la  suite  de  cette  présidence intérimaire  (15  pour,  6  abstentions,  0  contre).
▪  Je tiens  à  remercier  les  membres  du  Bureau  qui  m'ont  aidé  durant  ces  mois  difficiles  :  Mélanie  Verot, Henri  Carvallo,  Kennisthon  Pousse,  Anémone  Kulczak  et  Olivier  Delabarre.  Une  mention  particulière  à M.  Didier  Fretel,  qui  a  assuré  le  Secrétariat  Général  avec  un  grand  dévouement,  gérant  entre  autre  des dossiers  aussi  importants  que  la  fusion  des  ligues  régionales  ou  la  préparation  des  élections  fédérales. Tous  ces  élus,  bénévoles,  comme  moi,  ont  travaillé  ensemble  en  privilégiant  l'intérêt  général  des  clubs.
▪  À la présidence  de  la  fédération,  ma  ligne  de  conduite  a  été  celle  dictée  par  notre  assemblée  générale  : les  représentants  des  clubs  avaient  sanctionné  une  mauvaise  gestion  de  l'équipe  précédente,  il convenait  de  privilégier  la  rigueur.  J'ai  donc  honoré  les  dépenses  ordonnées  par  mes  prédécesseurs, mais  j'ai  surtout  mis  fin  à  des  pratiques  très  coûteuses,  et  dont  les  bénéfices  n'étaient  pas  probants.  Il  a également  fallu  prendre  en  main  des  chantiers  laissés  à  l'abandon,  et  tout  cela  en  gérant  les  affaires courantes.
▪  Outres  les  bénévoles  précités,  ce  sont  les  salariés  du  siège  fédéral  qu'il  faut  remercier  très chaleureusement  :  grâce  à  leur  expertise  et  leurs  compétences  que  chacun  apprécie,  la  fédération  a  pu tourner  malgré  le  départ  du  directeur  général  et  la  valse  des  dirigeants.
▪  Les  compétitions  fédérales  se  sont  déroulées  comme  d'habitude,  grâce  à  l'efficacité  des  nombreux directeurs  de  groupes  bénévoles.
▪  Une des priorités  a  été  de  trouver  un  organisateur  pour  les  championnats  de  France  jeunes  2017.  Il  faut remercier  Christophe  Infanti  et  à  travers  lui  les  membres  de  son  équipe  de  Belfort  pour  avoir  relevé  ce défit  en  si  peu  de  temps.  La  gestion  du  Championnat  de  France  d'Agen  a  beaucoup  reposé  sur  le département  et  la  ligue,  mais  surtout  sur  l'équipe  de  Gérard  Marciniak  de  l'Échiquier  Agenais.  J'ai  fait un  travail  de  lobbying  important  auprès  des  élus  locaux  et  des  responsables  de  la  communauté d'agglomération.  L'objectif  était  d'y  organiser  des  championnats  jeunes.  La  nouvelle  équipe  fédérale  a préféré  profiter  de  cette  dynamique  pour  revenir  au  mois  d'août,  souhaitons  que  2018  soit  une  aussi belle  réussite  sportive  que  2017.  Grâce  à  une  gestion  très  stricte,  le  coût  financier  de  ce  championnat de  France  a  été  très  réduit  par  rapport  au  prévisionnel  établi  par  l'équipe  précédente.

LES  LIENS  ENTRE  LA  FEDERATION  ET  LES  INSTITUTIONS

 ▪  Un autre  chantier  à  gérer  en  urgence  a  été  la  Convention  d'Objectif  avec  le  Ministère  des  Sports.  Nous avions  pris  beaucoup  de  retard  :  ce  dossier  aurait  du  être  traité  fin  2015,  par  le  DG  ou  le  DTN.  Un nouveau  DTN  avait  été  embauché  en  janvier  2016,  il  aurait  du  gérer  cette  convention  puisqu'il  est notamment  responsable  de  la  cohérence  des  projets  sportifs  de  la  fédération  avec  les  orientations  du ministère  des  sports.  Ayant  constaté  cette  carence,  j'ai  chargé  notre  juriste  fédéral,  dont  la  formation en  droit  du  sport  l'avait  préparé  à  ce  type  de  convention,  de  s'en  occuper.  Il  s'est  parfaitement  acquitté de  cette  tâche  dans  l'urgence.
▪  On le  voit,  la  crise  qui  est  apparue  au  grand  jour  lors  de  la  dernière  AG  ne  se  limitait  pas  à  la  gestion financière.  Côté  scolaire,  la  convention  avec  le  Ministère  de  l'Education  Nationale  était  caduque  depuis deux  ans  !  J'ai  donc  relancé  ce  dossier  avec  le  cabinet  de  la  Ministre.  Je  tiens  particulièrement  à remercier  les  fonctionnaires  du  Bureau  des  actions  éducatives,  culturelles  et  sportives  de  la  DGESCO qui  nous  ont  permis  de  finaliser  la  convention  que  mon  successeur  a  pu  signer.
▪  J'ai  invité  un  représentant  de  l'UNSS  à  la  réunion  des  présidents  de  ligue  à  la  rentrée,  et  nous  avons signé  la  convention  avec  l'UNSS  au  niveau  national  dans  les  jours  qui  ont  suivi.  J'ai  également  pris contact  avec  l'UGSEL  (équivalent  de  l'UNSS  pour  l'enseignement  privé),  afin  de  mettre  en  place  une convention  équivalente,  l'UNSS  étant  peu  implanté  dans  l'enseignement  privé.
▪  J'ai  clarifié  une  situation  :  le  directeur  fédéral  des  scolaires  souhaitait  mettre  fin  aux  compétitions  FFE des  lycées,  puis  des  collèges  et  des  écoles,  au  profit  de  l'UNSS.  Outre  le  risque  de  perdre  le  lien  entre club  et  établissement  scolaire,  d'exclure  une  grande  partie  des  établissements  privés,  j'ai  indiqué  que cela  ne  pourrait  pas  se  faire  sans  l'avis  de  l'AG  fédérale.  Nous  avons  donc  maintenu  l'ensemble  de  ces compétitions  scolaires  FFE.  Le  directeur  de  l'UNSS  nous  a  d'ailleurs  confirmé  que  de  nombreuses fédérations  conservaient  les  deux  compétitions  :  fédérale  et  UNSS.

GESTION,  TRESORERIE

▪  C'était  le  chantier  le  plus  délicat.  La  Commission  de  Contrôle  Économique  et  de  Gestion  a  été  très présente,  très  consultée.  Il  faut  saluer  son  sérieux,  la  justesse  et  l’intégrité  de  ses  rapports.  La  gestion  « optimiste  »  et  la  sous‐évaluation  de  la  gravité  de  la  situation  ont  été  évoquées  lors  de  la  dernière  AG, nous  avons  donc  essayé  de  rectifier  le  tir  et  d'être  plus  objectifs.  Comme  je  l'ai  déjà  indiqué,  j'ai  surtout mis  fin  à  des  dépenses  très  clairement  au‐dessus  de  nos  moyens.  J'ai  également  mis  fin  à  des  cadeaux injustifiés  (droits  d'homologation  par  exemple).  
▪  J'ai  nommé  un  conseiller  bénévole,  M.  Eric  Le  Rol,  qui  a  travaillé  avec  la  CCEG  où  M.  Jean‐Louis  Hucy  a rempli  son  rôle  avec  une  très  grande  efficacité,  et  toujours  en  conformité  avec  nos  règlements.  Avec l'aide  du  siège,  ils  ont  rétabli  un  dialogue  constructif  avec  notre  cabinet  comptable.  Dans  les  dépenses  « optimistes  »  :  notons  que  la  masse  de  travail  de  ce  cabinet  avait  été  largement  sous‐évaluée,  et  cela  a un  coût.  Nous  avons  dénoncé  le  contrat,  et  la  nouvelle  équipe  a  ainsi  pu  en  renégocier  les  termes.
▪  Le travail  de  mise  à  jour  nous  a  permis  de  présenter  un  état  des  lieux  de  la  situation  financière  en  fin  de saison  sportive.  Une  première.

SIEGE  FEDERAL

▪  Suite  au  départ  du  Directeur  Général  (S.  Reyreau),  et  avec  un  président  bénévole,  il  a  fallu  réorganiser le  siège.  Nous  avons  suivi  le  plan  établi  par  l'ancien  DG  (Laurent  Verrat)  qui  consistait  à  répartir  une partie  des  fonctions  du  Directeur  sur  les  autres  salariés  et  sur  le  président.  Les  augmentations  du  temps de  travail  étaient,  à  mon  arrivée,  des  heures  supplémentaires.  Nous  avons  mis  fin  à  cette  précarité  et modifié  deux  contrats  de  travail  pour  intégrer  ces  heures.
▪  Un  autre  salarié  avait  été  «  oublié  »,  et  la  convention  collective  n'avait  pas  été  respectée.  Une revalorisation  «  automatique  »  s'imposait.  J'ai  donc  effectué  cette  revalorisation.
Un  nouveau  juriste  fédéral,  a  intégré  le  siège,  suite  au  départ  de  l'ancien  pour  devenir  avocat.  Ce nouveau  juriste  connaissait  parfaitement  notre  fédération,  il  avait  déjà  travaillé  pour  nous.
▪  L'actuel  siège  fédéral  n'est  ni  fonctionnel,  ni  bien  situé.  Il  est  coûteux  et  le  bail  n'est  pas  adapté  à l'utilisation  que  nous  en  faisons.  La  FFE  avait  déjà  des  contacts  sur  St.  Quentin  en  Yvelines  :  un  nouveau local  était  disponible,  moins  cher,  parfaitement  adapté  (des  bureaux).  En  accord  avec  tous  les  salariés du  siège,  j'ai  réactivé  ces  contacts.  Libre  à  la  nouvelle  équipe  de  signer  ou  pas.

LES  ACTIONS  PONCTUELLES

Il  y  a  eu  beaucoup  d'actions  que  je  qualifierais  d'habituelles,  qui  ne  sont  pas  mises  en  avant,  mais  qui forment  la  colonne  vertébrale  de  notre  fédération  (compétitions,  tournois,  manifestations  publiques,...).  Il  y  a  eu  aussi  des  actions  moins  habituelles  que  je  vous  livre  ici  :
▪  La FFE a été  partenaire  de  la  première  édition  de  «  Health  &  Chess  »,  où  le  jeu  d'échecs  était  présenté comme  un  outil  thérapeutique.  J'ai  eu  l'honneur  de  présenter  la  synthèse  de  ces  travaux  devant  la commission  médicale  de  la  FIDE.
▪  La FFE a participé  aux  Gymnasiades  (les  «  Jeux  Olympiques  scolaires  »).
▪  L’Échiquier  de  la  Réussite,  sous  l'égide  de  la  Fondation  de  France,  a  soutenu  à  ce  jour  84  projets tournés  vers  les  jeunes  en  difficultés.  Mélanie  Vérot,  trésorière  de  la  FFE,  était  présente  au  comité exécutif  de  juin.
▪  Le Gérant/Directeur  de  Publication/Rédacteur  en  Chef  d'Europe‐Echecs  a  décidé  de  manière  unilatérale de  ne  pas  respecter  la  convention  qui  le  liait  à  la  FFE  en  supprimant  le  Cahier  Fédéral  de  son  magazine. Le  nouveau  président  fédéral  poursuivra‐t‐il  ce  mensuel  pour  le  préjudice  subi  ?
▪  La  FFE  a  renoué  ses  liens  avec  la  francophonie  :  j'ai  participé  et  voté  à  l'AG  de  l'Association Internationale  Des  Échecs  Francophones  qui  s'est  tenue  en  Azerbaïdjan  en  2016.
▪  Nous  avons  initié  un  partenariat  avec  l'éditeur  ChessBase.  Ils  ont  offert  23.000  €  de  cadeaux  aux participants  du  Championnat  de  France.  Les  membres  des  équipes  de  France  ont  reçu  un  pack  complet de  logiciels.  L'éditeur  a  également  commencé  à  diffuser  des  informations  en  français,  notamment  sur les  réseaux  sociaux.  ChessBase  était  partant  pour  continuer  et  amplifier  ce  partenariat.
▪  L'année  2016  s'est  soldée  par  un  bilan  financier  positif  :  les  neuf  mois  de  présidents  bénévoles,  les économies  réalisées  expliquent  ce  bilan.  Il  faut  continuer  avec  cette  politique  de  rigueur,  et  cesser  de vivre  au‐dessus  de  nos  moyens.  Parmi  les  chantiers  importants  de  cette  année  2016,  j'ai  évoqué  la fusion  des  ligues  régionales.  Ce  chantier  n'est  pas  terminé,  même  si  toutes  les  ligues  ont  réalisé  leur fusion.  En  effet,  la  création  des  Zones  Interdépartementales  n'est  qu'une  étape  ;  à  nous  d'imaginer, avec  les  acteurs  de  terrain,  les  organes  déconcentrés  de  demain.

Je  remercie  toutes  celles  et  ceux  qui  ont  aidé  la  FFE,  dans  ce  contexte  si  particulier.


Aucun commentaire: