mardi 12 janvier 2016

Statuts et règlement ... suite

Comme on pouvait s'y attendre, on était loin du quorum, il n'y eu donc pas de vote ce 09 janvier (261 voix pour 78 clubs, moins de 10%, il en fallait 50%). Cependant, les échanges furent constructifs avec Julien Habbouche, le juriste fédéral, Didier Fretel, le nouveau Secrétaire Général, et Jacques Lambert pour la Commission chargée de rédiger les textes.
de gch à dte : D. Fretel, J. Lambert, J. Habbouche

Comme pour l'AG du mois d'août, le directeur général de la Fédération était dans son hamac, sur une plage d'Aquitaine, attendant son chèque.
Deux interventions du président fédéral : l'une pour critiquer les contributeurs qui avaient eu le mauvais goût de relever des erreurs, l'autre pour faire croire qu'il avait créé le poste de juriste, alors que Julien avait déjà intégré le staff fédéral sous son prédécesseur.

Pour le détail des propositions, je vous renvoie au texte fédéral, au travail de fond de Jean-Louis Hucy (beaucoup de nouvelles contributions depuis mon dernier post), et à la réflexion critique de Christophe Dijoux dans Ici on parle échecs, et plus encore sur sa page Facebook.
On peut regretter que le Bureau ait décidé de travailler dans l'urgence : deux mois seulement entre la création de la commission et l'AGE pour voter le texte (avec les fêtes de fin d'année au milieu). La Fédération y aurait gagné en prenant quelques semaines de plus de réflexion, et en profitant de contributions de licenciés motivés.

La foule, une vingtaine de motivés : entre autre... au fond à gauche Martine Bolla, Pdte Ligue de Côte d'Azur. A sa droite Olivier Minaud, Pdt Ligue Franche Comté. A sa droite, votre serviteur, Pdt Ligue Provence. A noter la présence de Christian Bleuzen, Pdt Ligue de Bretagne, Gerard Hernandez, Henri Creston, Georges Bellet, Serge Colin, François Balaye, Isabelle Billard, etc...

Voici quelques points que l'on peut discuter. Le but étant que les textes soient votés, et que notre fédération puisse avancer.
- Affiliation très discutable de clubs "scolaires"
- Mixité très relative
- Mainmise du président fédéral sur les Ligues et les Comités
- Affaiblissement du Comité Directeur et risques d'abus du président

- Affiliation très discutable de clubs "scolaires"
Aujourd'hui, il faut au moins cinq licences A pour qu'une structure soit affiliée à la FFE. Les nouveaux statuts prévoient de pouvoir affilier des écoles sans passer par une structure sportive, un club, une association, etc. juste l'école, comme ça, hop là ! C'est une double faute : administrative et politique.
Faute politique de couper le lien entre le club et l'école.
Faute administrative : cette création de "sous-club" sans voix n'a aucun sens. Le CNOSF fait la chasse à ces écoles qu'il ne considère pas comme des clubs "sportifs". Affilier une école à une fédération sportive est très mal vu par le ministère qui doit valider nos statuts. Si on couple cela avec la provocation de l'article 1.1. qui dit que la FFE délivre "les titres de champions et de championnes de France"... alors que c'est le monopole des fédérations délégataires (nous sommes simplement agréée)... je m'inquiète. Pourquoi provoquer le Ministère de tutelle et le Comité Olympique au lieu de les écouter ?

- Mixité très relative
Aujourd'hui, nous avons un minimum de 7 féminines obligatoires au comité directeur. Notons qu'elles ne sont que 3... mais cela ne gène pas le président. Aucune femme au Bureau, suite aux démissions de la Secrétaire Générale et de la Directrice des féminines (qui a repris son poste bénévole de Directrice mais a quitté le Bureau et le CD), aucun femme là où il devrait y en avoir au moins 2... triste Bureau.
En baissant le nombre de membres du CD, et en fixant au minimum légal le nombre de féminines obligatoires, on arriverait à seulement 6 femmes au prochain CD.
Sachant que nous sommes très proches, avec nos licenciés, d'avoir une obligation de représentation de 40% de féminines dans l'équipe dirigeante, et sachant qu'un bon président ne devrait pas jouer aux échecs sans les Dames... je demanderai que la représentation des féminines soit revue à la hausse. Et pour les prochaines élections, je m'engage à soutenir une équipe qui n'a pas peur des femmes.

- Mainmise du président fédéral sur les Ligues et les Comités :
On a vu le rôle important de contre-pouvoir joué par les Ligues Régionales et les Comités départementaux pour protéger les salariés du siège fédéral. Visiblement cela n'a pas plu au président qui décide de se venger, en menaçant de sanctions financières (art. 5.1.2 du R.I.).
Je vous livre l'avis d'un membre de la Commission Contrôle Economique et Gestion (CCEG) que le président fédéral veut transformer en Big Brother (voir art. 8.7 du R.I.) :
"La façon dont le rôle de la CCEG est présenté dans votre proposition de texte n'est pas fidèle à l'esprit qui a présidé à sa création. Non, la CCEG n'est pas d'abord chargée de "fliquer" les "organes déconcentrés de la FFE". Sa mission première est d'apporter son expertise et ses conseils aux instances dirigeantes de la Fédération, en appui des interventions du Commissaire aux Comptes, dont on sait que sa mission lui interdit de s'immiscer dans la gestion."
La vision pyramidale du président (lui au-dessus et le peuple à ses ordres, petit doigt sur la couture du pantalon) s'exprime dans sa volonté de contrôler le terrain, et de nous mettre au pas. Ma vision de notre Fédération est exactement l'inverse : ce sont les Présidents de Clubs qui surveillent les dirigeants fédéraux, et non pas le président fédéral qui contrôle les Ligues, les Comités et les Clubs.

- Affaiblissement du Comité Directeur et risques d'abus du président
Aujourd'hui, le Comité Directeur est en partie composé de zombis : certains élus ne viennent pas, sans justifier de leur absence, et donnent leur pouvoir au président. Le président trouve que c'est une bonne chose. Contrairement à son prédécesseur, il ne complète pas la composition du CD qui est passé de 28 à 23, et en pratique à 14 !
La proposition de passer de 28 membres à 24 a pour effet mécanique (voir plus haut) de diminuer la représentation des féminines. Comme le président décide de tout, tout seul, il trouve normal de baisser le nombre d'élus. Les mauvaises langues disent que c'est parce qu'il est incapable de trouver 28 noms pour constituer une liste. Aux dernières nouvelles il a demandé au juriste fédéral s'il était possible d'affilier son poisson rouge et de le mettre sur sa liste.
Aujourd'hui, on ne peut se représenter qu'une fois à la présidence de la FFE. D'après l'ancienne Secrétaire Générale, le président lui a demandé de pouvoir modifier cela quelques jours après son élection... Il demande aujourd'hui a pouvoir pousser jusqu'à trois mandats. Par principe, je suis opposé au cumul et à l'accumulation des mandats. Je peux me tromper, mais on ne fera pas en douze ans ce qu'on a pas fait en huit ans.
Interdire aux plus de 70 ans de se présenter à la présidence... cela n'a aucun sens. Le candidat favori de la prochaine présidentielle aura 72 ans, et il pourrait présider la République... c'est peut être plus facile que la Fédération.

Nouvelle AG le 06 février sans obligation de quorum, où je serai présent.

Et pour améliorer l'attractivité de cet article très technique, voici une photo de mon chat


merci de votre attention


2 commentaires:

Alain Sallette a dit…

Aux dernières nouvelles, le Président a pris contact avec JL Hucy pour amender le texte proposé à l'AGE. Du coup, les dates de convocation sont-elles bonnes ? Peut-on voter sans quorum sur un texte modifié entre les 2 AGE ?

Jean-Louis HUCY a dit…

Je viens de regarder la question avec le juriste de la FFE. Le texte proposé n'est pas modifié entre les 2 AGE. C'est le même ordre du jour, et les mêmes textes de base. En revanche, l'AG est fondée à voter des amendements sur ces textes, qu'ils soient proposés par les uns ou par les autres....